Wayne McGregor | Random Dance

Fondée en 1992, Wayne McGregor | Random Dance est l’une des nombreuses compagnies de danse de petite taille à naître au début de cette décennie en Grande-Bretagne. Elle se démarque d’emblée et devient rapidement l’instrument de l’évolution du style chorégraphique de McGregor, empreint d’une extrême nervosité et d’une grande précision, de même que le symbole de la radicalité avec laquelle il intègre à ses œuvres les nouvelles technologies (animation, film numérique, architecture 3D, son électronique et danseurs virtuels). Dans Nemesis (2002), par exemple, les danseurs se livrent un duel avec des prothèses d’acier à leurs bras, au son de conversations sur cellulaires, tandis qu’AtaXia (2004) puise sa matière dans le séjour qu’effectue McGregor à titre de boursier au Département de psychologie expérimentale de l’Université de Cambridge et que la chirurgie à cœur ouvert nourrit sa démarche de création pour Amu (2005). Dans Entity (2008), présentée par Danse Danse en 2011, McGregor imagine des agents chorégraphiques évoluant dans un paysage sonore créé par Jon Hopkins, collaborateur de Coldplay, et par Joby Talbot; dans FAR (2010), une scénographie d’avant-garde (rAndom International) fusionne avec une chorégraphie issue d’un processus rigoureux de recherches cognitives; dans UNDANCE (2011), la capture du mouvement d’Edward Muybridge s’incarne sur la scène; tandis que dans son œuvre la plus récente, Atomos (2013), il s’intéresse au fondement même de toute vie : la cellule.

Alors que Wayne McGregor | Random Dance est la compagnie résidente du Sadler's Wells Theatre, à Londres, et que Wayne McGregor est chorégraphe résident au Royal Ballet de cette même ville, plusieurs de ses œuvres sont reprises par de grandes compagnies de ballet. Parmi celles-ci, notons le Ballet national du Canada, qui a intégré Chroma à son répertoire en 2010.