O Vertigo

Avec plus de 50 créations à son actif et une carrière internationale éclatante, Ginette Laurin compte parmi les figures de proue de la danse contemporaine canadienne. Formée en gymnastique, en danse moderne et en ballet classique à Montréal et à New York, elle débute comme danseuse et chorégraphe indépendante avant de fonder O Vertigo, en 1984, en référence à son irrésistible attrait pour le vide et le déséquilibre. 

Fascinée par la beauté de l’humain et l’expressivité du corps, elle privilégie d’emblée l’énergie du mouvement sur la forme, travaille soigneusement scénographie et éclairages et laisse au spectateur une grande liberté d’interprétation. En 1989, Chagall amorce son succès à l’étranger. Ensuite, ses œuvres sont plus théâtrales et plus émotionnelles : les thèmes de la mort, de la folie ou des fantasmes sont au cœur des emblématiques Train d’enfer, Déluge ou La chambre blanche. En 1998, En dedans marque le début d’une période plus formelle, centrée sur le double et l’identité. Entre 1999 et 2013, sa volonté de percer les mystères du corps et de l’âme s’incarne dans La Vie qui Bat (créée pour la saison inaugurale de Danse Danse en 1999), Luna, Passare, Onde de choc et KHAOS où elle révèle la face cachée de la danse grâce aux technologiques. Maintes fois primée, Ginette Laurin a aussi créé une installation, réalisé ou chorégraphié plusieurs films de danse et, en 2011, elle a signé un Sacre du printemps pour le CCN – Ballet de Lorraine. Depuis 2008, elle a repris 5 extraits de ses œuvres-phares dans les petites formes et en a recrée trois dont Drumming, sur la musique de Steve Reich, qui avait marqué avec éclat le 15e anniversaire d’O Vertigo.