Lin Hwai-min

Lin Hwai-min

En remettant à Lin Hwai-min un prix pour l’ensemble de son œuvre, le jury des prix internationaux de danse Movimentos, en Allemagne, reconnaissait en lui « un éminent innovateur en danse », estimant qu’il comptait « parmi les artistes du siècle, tels William Forsythe, George Balanchine, Birgit Cullberg ».

Écrivain devenu chorégraphe, Lin Hwai-min est titulaire d’une maîtrise en beaux-arts du Writer’s Workshop de l’University de l’Iowa. Il a publié de nombreux essais et des livres de fiction. Sa nouvelle intitulée Cicada est d’ailleurs un succès de librairie à Taïwan, alors que quelques autres de ses nouvelles ont été traduites en anglais et publiées aux États-Unis. Ses biographies retraçant la légende de Lin Hwai-min et du Cloud Gate, et la vie de Hwai-min jeune homme, sont très populaires et se vendent très bien dans la collectivité sinophone. Il a étudié la danse à Taïwan et à New York. Il a fondé le Cloud Gate Dance Theatre of Taiwan en 1973, puis Cloud Gate 2 en 1999.

Salué comme « le plus important chorégraphe en Asie », Lin Hwai-min s’inspire souvent de la culture et de l’esthétique asiatiques traditionnelles pour créer des œuvres originales aux résonances contemporaines qui ont fait dire à Dance Europe : « Aucune compagnie dans le monde ne danse comme Cloud Gate. Son langage chorégraphique chinois est distinct et mature. Cette évolution de la danse asiatique est tout aussi importante et profonde que l’influence du Ballett Frankfurt William Forsythe sur le ballet classique européen. »

Deux fois lauréat du prix national des arts de Taïwan, Lin Hwai-min s’est vu décerner des doctorats honorifiques par six universités à Taïwan et Hong Kong. Le département de la culture de la ville de New York lui a décerné un prix d’excellence pour l’ensemble de son œuvre, il a aussi reçu le troisième prix John D. Rockefeller, le prix Joyce de Chicago ainsi que le prix Ramon Magsaysay, appelé « prix Nobel de l’Asie », en plus d’avoir été décoré de l’insigne de Chevalier de l’Ordre des Arts et Lettres par le ministère français de la Culture. En 2000, Lin a été sacré « Chorégraphe du 20e siècle » par Dance Europe, a figuré parmi les « personnalités de l’année » de Ballet International et a été nommé « Meilleur chorégraphe » lors de la Biennale de la danse de Lyon. En 2005, le Time Magazine a vu en lui l’un des « héros de l’Asie » et, en 2006, l’International Society of Performing Arts (ISPA) lui a décerné son prix de l’Artiste remarquable.

Lin Hwai-min a fait l’objet de longs métrages documentaires à Taïwan, au Japon, à Hong Kong ainsi que des émissions Portraits Taiwan: Lin Hwai-min sur Discovery Channel et Floating on the Ground d’Opus Arte. Nombre de ses chorégraphies sont offertes sur DVD, notamment Cursive II, Moon Water, Bamboo Dream, et Songs of the Wanderers, enregistrées et produites en Europe.

En outre, des compagnies de danse et des universités ont remis en scène ses œuvres aux États-Unis et en Europe. En 2004, pour la première fois, sa production Smoke a notamment été remise en scène par une compagnie de ballet classique, le Zurich Ballet. Lin a également dirigé deux opéras, Rashomon en Autriche et Tosca à Taïwan.

Également pédagogue, Lin Hwai-min a fondé le département de Danse de l’Université nationale des arts de Taipei et en a assumé la présidence pendant cinq ans. En 1993 et en 1994, il a fondé à titre de doyen le programme d’études supérieures en danse de l’université. En 1999, il a donné des ateliers au Cambodge, où il a aidé les danseurs du pays à organiser le contenu des cours de danse classique khmère destinés aux enfants.

Depuis 2000, Lin Hwai-min agit également à titre de directeur artistique de la Novel Dance Series de Tapei, qui présente des groupes et artistes d’avant-garde de renommée internationale. En 2003, il a reçu le prix Yuan de la culture – le plus grand honneur du genre à Taïwan – et a remis la somme qui l’accompagnait au Fonds Wanderers, dont la mission est de soutenir les voyages de jeunes artistes locaux partout en l’Asie.

Liste des spectacles