Compagnie Maguy Marin

Fondée en 1984 dans la région parisienne, la Compagnie Maguy Marin profite du développement insufflé par les politiques culturelles du gouvernement de François Mitterrand et devient, en 1985, le Centre chorégraphique national (CCN) de Créteil et du Val-de-Marne. D’emblée, elle présente des œuvres fortes et dérangeantes qui brisent les codes de la danse et s’inscrivent clairement dans le mouvement de contestation de la société bourgeoise. Décriées ou encensées, elles ne laissent jamais personne indifférent. Poursuivant un travail de recherche artistique rigoureux et profitant d’une intense diffusion de ses œuvres dans le monde, la troupe se renforce alors avec l’arrivée de danseurs comme Françoise Leick et Ulises Alvarez, avec lesquels la collaboration se poursuit encore aujourd’hui.

En 1998, Maguy Marin quitte la région parisienne pour assurer la direction du tout nouveau CCN de Rillieux-la-Pape, dans la banlieue lyonnaise. Elle y accueille de nombreuses compagnies en résidence et met sur pied une multitude d’actions de sensibilisation visant les populations défavorisées, qu’il faut apprivoiser. En 2005, quand la Compagnie investit un bâtiment créé spécifiquement pour le CCN, l’idée se renforce d’un lieu à habiter et où cohabiter, d’un croisement de présences agissant dans un espace commun, un « nous, en temps et lieu » renforçant la capacité à faire surgir « ces forces diagonales résistantes à l’oubli », selon l’expression de la philosophe Hannah Arendt, forces à l’œuvre dans Salves et dans bien des créations précédentes.

Car Maguy Marin a fait du CCN de Rillieux-la-Pape le lieu du geste d’une poétique publique, un laboratoire citoyen destiné aux regards de la cité. Des écoles aux théâtres, des centres d’art aux centres sociaux, des espaces publics aux habitations ouvertes, des lieux de recherche aux maisons de quartier, elle fait vivre le geste artistique comme puissance poétique du faire et du refaire les mondes.

Les quelque 25 œuvres qu’elle y conçoit jusqu’en 2010 sont toujours exigeantes, questionnant de manière plus ou moins directe le rôle de la danse et de l’individu dans la société. Influencées par l’environnement de la Compagnie, elles ont d’abord rapport avec l’immigration ou l’impuissance à agir. À partir d’Umwelt, en 2004, elles prennent un tour plus noir, soulignant la dimension catastrophique de l’état du monde et l’urgence de s’investir pour amorcer un vrai changement. Comme Turba ou Description d’un combat, Salves est composée d’une suite de tableaux théâtraux chorégraphiés au millimètre. Dernière œuvre produite au CCN de Rillieux-la-Pape, elle semble vouée à devenir aussi emblématique que May B qui, en 1981, avait solidement ancré la Compagnie Maguy Marin sur la carte chorégraphique internationale. Installée depuis 2012 à Toulouse avec une équipe réduite, la chorégraphe y a déjà créé nocturnes ainsi que Faces et Cendrillon, deux œuvres de commande.